Vous êtes ici : Général » le glossaire
  • Diminuer la taille du texte
  • Rétablir la taille du texte par défaut
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer cet article en format éco-conçu
  • Enregistrer cette article au format pdf

Glossaire

Le mot recherché agence europeenne de l'environnement.html n'a pas de correspondance dans notre glossaire.

[ Page précédente ] [ Accueil ]

Agence européenne pour l'environnement :
C'est une agence de l'Union européenne vouée à la préservation et à la surveillance de l'environnement européen, en activité depuis 1994.
Elle soutient le développement durable et favorise l'amélioration significative et mesurable de l'environnement européen en fournissant des informations adéquates, ciblées, pertinentes et fiables aux décideurs et au public.
Elle permet à l’Union européenne et aux États membres de prendre en bonne connaissance de cause des décisions concernant l’amélioration de l’environnement, de tenir compte des impératifs environnementaux dans les politiques économiques et de progresser sur la voie du développement durable.
Agenda 21 :
Également appelé "Action 21", il s'agit d'un plan d'action pour le XXIème siècle, adopté par 173 chefs d'État lors du sommet de la Terre, à Rio, en 1992.
Ce plan d'action décrit les secteurs où le développement durable doit s'appliquer dans le cadre des collectivités territoriales. Celles-ci doivent ainsi mettre en place un programme d'Agenda 21 à leur échelle, intégrant les principes du développement durable, à partir d'un mécanisme de consultation de la population : ainsi naît l'Agenda 21 local.
Bilan carbone :
Le bilan carbone d'un produit ou d'une entité humaine (individu, groupe, collectivité,...) est un outil de comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre, devant tenir compte de l'énergie primaire et de l'énergie finale des produits et services.
Biodiversité :
La biodiversité ou diversité biologique est une expression apparue dans les années 1980, vulgarisée lors de la Conférence de Rio en 1992.
Elle est constituée de l'ensemble des espèces vivantes (diversité spécifique), de leur patrimoine génétique (diversité génétique), des habitats (diversité des écosystèmes) et des paysages. Par des relations de compétition, de prédation ou de coopération, tels les maillons d'une chaîne infinie, chacun vit en interdépendance.
On estime entre 6 et 30 millions le nombre d'espèces vivant sur notre planète, 70 à 95% d'entre elles nous sont encore inconnus. Lorsqu'un élément d'un milieu donné tend à disparaître, il est progressivement remplacé par un autre. Or, ce processus de renouvellement est d'une extrême lenteur. On le chiffre en millions d'années.
On estime aujourd'hui que 50 à 100 000 espèces disparaissent chaque année. Ce rythme est 100 à 1 000 fois supérieur à celui du rythme naturel. C'est ainsi que 10 à 50% des espèces pourraient disparaître avant la fin du XXIème siècle.
La biodiversité est indispensable aux grands équilibres écologiques, lesquels vont jouer un rôle déterminant dans la disponibilité des éléments essentiels à la vie : la nourriture, l'eau et l'air.
Cahier d'habitats :
Il s'agit d'une synthèse actualisée des connaissances et d'une approche globale des modes de gestion conservatoire pour l'ensemble des habitats naturels et des espèces végétales et animales visés par les annexes I et II de la directive "Habitats Faune Flore" et présents en France.
L'ensemble des fiches présentées dans les Cahiers d'habitats est disponible depuis le portail www.natura2000.fr.
Convention sur la diversité biologique :
Elle a été ratifiée en 1992 lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro : 189 pays dont la France se sont officiellement engagés à protéger la vie sur Terre des menaces croissantes que fait peser sur elle l’espèce humaine.
Corine Biotope :
Il s'agit d'une nomenclature codée au niveau européen (CORrespondance INformation Ecologique). Elle permet de désigner les différents types d'habitats naturels (qui ont eux-mêmes fait l'objet d'une typologie simplifiée).
Corridors écologiques :
Ce sont des voies de communication biologique empruntées par la faune et la flore, qui relient les réservoirs de biodiversité. Ces liaisons fonctionnelles entre écosystèmes ou habitats d'une espèce permettent sa dispersion et sa migration.
On les classe généralement en trois types principaux :
  • structures linéaires : haies, chemins et bords de chemins, cours d'eau et leurs rives, etc. ;
  • structures en "pas japonais" : ponctuation d'éléments-relais ou d'îlots-refuges, mares, bosquets, etc. ;
  • matrices paysagères : type de milieu paysager, artificialisé, agricole, etc.
Développement durable :
C'est le développement qui s'efforce de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs.
Cette première définition est apparue dans les années 80, elle repose sur la protection de l'environnement, le développement économique et le progrès social.
Directive Habitats Faune Flore :
Il s'agit de l'une des deux directives européennes ayant pour objectif la préservation des espèces végétales et animales et des habitats naturels au sein de l'Union européenne.
La directive "Oiseaux" a été adoptée en 1979, lorsque la préservation de la biodiversité et des habitats naturels est devenue une préoccupation majeure de la politique environnementale de l'Union européenne. Elle vise la conservation à long terme de toutes les espèces d'oiseaux sauvages de l'Union européenne, en identifiant 181 espèces menacées qui nécessitent une attention particulière.
Directive Oiseaux :
Il s'agit de l'une des deux directives européennes ayant pour objectif la préservation des espèces végétales et animales et des habitats naturels au sein de l'Union européenne.
La directive "Oiseaux", adoptée en 1992, établit un cadre pour les actions de conservation de certaines espèces de faune (autres que les oiseaux) et de flore sauvage ainsi que d'habitats naturels particuliers. Cette directive répertorie 231 types d'habitats naturels et 900 espèces animales et végétales, sites "d'intérêt communautaire".
DREAL :
Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement.
Empreinte écologique :
L'empreinte écologique comptabilise la demande exercée par les hommes envers les "services écologiques" fournis par la nature.
Plus précisément, elle mesure les surfaces biologiquement productives de terre et d´eau nécessaires pour produire les ressources qu´un individu, une population ou une activité consomment et pour absorber les déchets générés, compte-tenu des technologies et de la gestion des ressources en vigueur. Cette surface est exprimée en hectares globaux (hag), c´est-à-dire en hectares ayant une productivité égale à la productivité moyenne.
Espace naturel sensible :
Les espaces naturels sensibles des départements (ENS) sont un outil de protection des espaces naturels par leur acquisition foncière ou par la signature de conventions avec les propriétaires privés ou publics. Ils sont protégés pour être ouverts au public. Ils ont été institués par la loi du 31 décembre 1976.
Espèce invasive :
C'est une espèce vivante exotique qui devient un agent de perturbation nuisible à la biodiversité autochtone des écosystèmes naturels ou semi-naturels au sein desquels elle s’est établie.
Les phénomènes d'invasion biologique sont aujourd'hui considérés par l'ONU comme une des grandes causes de régression de la biodiversité, avec la pollution, la fragmentation écologique des écosystèmes et l'ensemble constitué par la chasse, la pêche et la surexploitation de certaines espèces.
Espèces menacées :
Une espèce dite « menacée » est une espèce anciennement abondante et répandue qui montre des signes de déclin prononcé. Les menaces et les disparitions ont les mêmes causes (pollution, destruction d'habitats, fragmentation, etc.).
Évaluation des écosystèmes pour le millénaire :
L’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire (EM) (ou MA : Millenium Ecosystems Assessment pour les Anglo-Saxons) a été commandée par le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, en l'an 2000 à l'occasion d'un rapport intitulé Nous, les peuples : le rôle des Nations Unies au XXIème siècle.
Ce travail a duré quatre ans. Entamé en 2001, il a réuni les contributions de plus de 1 360 experts issus de près de cinquante pays, pour évaluer - sur des bases scientifiques - l’ampleur et les conséquences des modifications subies par les écosystèmes dont dépendent notre survie et le bien-être humain. Il vise à prioriser les actions à entreprendre pour restaurer et conserver notre environnement et pour son utilisation durable par l’Homme.
Grenelle de l'Environnement :
Le Grenelle de l'Environnement s'est tenu en 2007 afin de fixer la stratégie visant à préserver la biodiversité, lutter contre le changement climatique et contre les pollutions.
Habitat naturel :
L'habitat d'une espèce (animal, plante, champignon...) est l'ensemble des lieux caractérisés par leurs conditions géographiques, physiques et biotiques permettant la vie et la reproduction de l'espèce.
IMoSEB :
Le processus consultatif vers un IMoSEB (International Mechanism of Scientific Expertise on Biodiversity) était un processus exploratoire de 2005-2008 visant à évaluer le besoin, la forme et les différentes options possibles pour un Mécanisme d'expertise scientifique sur la biodiversité. Impliquant de nombreuses parties prenantes de la biodiversité et avec une audience de portée médiatique, l'objectif de la consultation était d'apporter une véritable valeur ajoutée, prenant pleinement en compte le rôle et actions des mécanismes, structures et institutions existantes.
Indicateur :
Un indicateur est un résumé d'information. Il ne mesure pas directement quelque chose mais permet de percevoir l'état d'un objet à un instant donné et sur un territoire donné. L'indicateur constitue une aide à la décision, ne permettant pas de balayer l'incertitude. Il peut mesurer une distance par rapport à un objectif ou l'efficacité d'une mesure de gestion.
L'objectif principal d'un indicateur n'est donc pas de détailler la biodiversité dans toute son abondance mais au contraire de la schématiser. Néanmoins la connaissance des processus et des composantes de la biodiversité est nécessaire à la bonne utilisation des indicateurs.
Les indicateurs répondent à une demande croissante d'information sur par exemple les conséquences de l'anthropisation. L'Agence européenne pour l'environnement ou encore l'Organisation de coopération et de développement économiques les utilisent couramment.
Liste rouge :
La Liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature™ (UICN) a été créée en 1963.
Elle constitue l'inventaire mondial le plus complet de l'état de conservation global des espèces végétales et animales.
Son principal but est d'alerter le public et les responsables politiques sur l'ampleur du risque d'extinction qui frappe de nombreuses espèces et la nécessité urgente de développer des politiques de conservation.
Natura 2000 :
Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels européens, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales et de leurs habitats.
En France, la réseau Natura 2000 comprend 1 746 sites s'étendant sur 6,9 millions d'hectares terrestres (soir 12,5% du territoire) et 3,9 millions d'hectares d'espaces marins.
L'originalité de Natura 2000 repose sur :
  • la création d'un maillage de sites d'étendant sur tout le continent européen pour maintenir la cohérence des actions au-delà des frontières de chaque pays ;
  • la prise en compte des spécificités locales pour concilier préservation de la nature et préoccupations socio-économiques ;
  • la participation active de l'ensemble des acteurs locaux. La France a effectivement choisi la voie de la concertation afin que les partenaires s'approprient les enjeux de la démarche Natura 2000. Citoyens, élus, agriculteurs, forestiers, chasseurs, pêcheurs, propriétaires terriens, associations, usagers et experts sont largement associés à la gestion de chaque site.
Plan de restauration :
Un plan de restauration (renommé par la loi Grenelle II en France Plan national d'action ou Plan d'action) est - dans le domaine de l'écologie et de la biologie de la conservation - un plan visant, via une gestion restauratoire à restaurer une population viable (et donc aussi le cas échéant l'habitat) d'une espèce vulnérable, disparue ou en danger d'extinction.
RAIN :
Le Réseau des acteurs de l’information naturaliste (RAIN) a été mis en place en Nord - Pas-de-Calais en 2006 par la DREAL et le Conseil régional. C'est la déclinaison régionale du SINP. Il veille à l’accessibilité des données naturalistes à tous, citoyens ou maîtres d’ouvrage.
SINP :
Le Système d'information de la nature et des paysages (SINP) a été mis en place en 2007 par le ministère chargé de l'environnement. C'est l'un des outils clés permettant de suivre l'évolution de la biodiversité en France.
Il vise à structurer les connaissances sur la biodiversité et la diversité des paysages afin d'élaborer et évaluer les politiques publiques, évaluer l'impact des plans, programmes et projets et mettre à la disposition des citoyens une information suffisante pour permettre le débat.
SRADT :
La Région s'est dotée en novembre 2006 d'un Schéma régional d'aménagement et de développement du territoire (SRADT). Celui-ci met en avant les principes d'un développement durable, équilibré et solidaire de l'ensemble du territoire régional. Il est destiné à répondre aux exigences de compétitivité tout en respectant les richesses patrimoniales, humaines, culturelles et environnementales du Nord-Pas de Calais.
Strategie nationale pour la biodiversité :
La première stratégie nationale de la France (SNB) a, en tant que telle, été définie en 2004. Elle répond aux orientations de la Convention pour la diversité biologique (ratifiée par la France en 1994). Elle est en cours de révision pour notamment intégrer les apports du Grenelle de l'Environnement et à la loi Grenelle I.
Trame verte et bleue :
En France, la « Trame verte et bleue » désigne officiellement depuis 2007 un des grands projets nationaux français issus du Grenelle de l'Environnement.
Il vise à (re)constituer un réseau d'échanges cohérent permettant aux espèces animales et végétales de communiquer, de circuler, de s'alimenter, de se reproduire, de se reposer… afin ni plus ni moins d'assurer leur survie.
La trame verte est un outil d'aménagement du territoire, constituée de grands ensembles naturels et de corridors les reliant ou servant d'espaces tampons.
Elle est complétée par une trame bleue formée des cours d'eau et masses d'eau et des bandes végétalisées généralisées le long de ces cours et masses d'eau. L'État, les collectivités et un grand nombre d'acteurs doivent le décliner et le traduire en actions concrètes et locales.
UICN :
L'Union mondiale pour la nature ou Union internationale pour la conservation de la nature, fondée en 1948, est la principale ONG mondiale consacrée à la cause de la conservation de la Nature.
Sa mission est d'influencer, d'encourager et d'assister les sociétés dans le monde entier, dans la conservation de l'intégrité et de la diversité de la nature, ainsi que de s'assurer que l'utilisation de ces ressources naturelles est faite de façon équitable et durable.
ZNIEFF :
Ce sont les zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique où se concentrent les enjeux écologiques de la région. Le Nord - Pas-de-Calais en compte 321, représentant 31% du territoire régional.


Le Cran Noirda - 2006 - © Vincent Cohez

Veuillez entrer votre code d'accès